Biomimétisme, permaculture : la méthode de Sepp.

Publié le par Olivier

Les premiers pas !

Je voudrais vous parler d’un personnage bien terrien, même s’il gravite sur les terrains pentus de son exploitation juchée à 1400m d’altitude, à l’extrême Sud-Est du Land de Salzbourg près de la Styrie et de la Carinthie. Même si pour nous, gens de l’ouest, ces régions ne nous parlent pas beaucoup, les paysages y sont magnifiques et assez proches de l’image d’Epinal des contrées autrichiennes que nous pouvons avoir en tête. Ici vit Sepp Holzer.

Sepp, qui voyage à travers le monde pour expliquer sa technique de culture et faire évoluer les mentalités, ressemble à tout bon cultivateur autrichien. Il est bedonnant, a une barbe grisonnante, arbore un chapeau sur sa tête bien faite, parle avec un accent qui charrie des galets et vous salue avec ses mains gigantesques de travailleur de la terre.

Sepp_visit_11_08_02.jpg

Sepp a fait ses premières expériences de culture à l’âge de cinq ans. Il voulait planter des graines dans des pots mais sa mère lui a ordonné de ne pas le faire dans la maison ni même dans son potager. Le seul choix de Sepp se trouvait sur les pentes abruptes aux alentours que personne n’utilisait. Il construisit donc quelques petits jardins à flanc de montagne d’un mètre carré environ. Il y planta toutes les graines et noyaux qu'il put collecter. Et à la première pluie, tout fut emporté par l’eau ruisselante ! Alors Sepp décida de planter ses graines derrière les gros rochers présents sur le versant de ces pentes montagneuses, là où le ruissellement des eaux de pluies laisse intacte la terre.

Et les plantes poussèrent rapidement.

Le jeune Sepp était parfaitement heureux de venir voir fleurir et s’épanouir toutes ses plantes chaque jour, jusqu’au jour où il vint constater un matin que toutes ses plantes avaient été mangées pendant la nuit par les daims. A nouveau un problème à résoudre pour Sepp. Il planta alors des buissons épineux sur ses petites parcelles et à l’abri de ceux-ci ressema ses graines. C’est ainsi qu'à partir de l’âge de cinq ans et pendant les années qui suivirent, Sepp Holzer appris à cultiver en regardant la nature qui l’environnait. Il apprit à cultiver toutes sortes de plantes.

sepp-holzer-plant-280.pngA l’école devant ses camarades de classe et devant l’enseignant, Sepp racontait ses succès de culture. La curiosité de ceux-ci les poussa à venir visiter ses jardins cultivés. De fils en aiguilles, de nombreux visiteurs sont venus voir les plantations à flanc de montagne de Sepp, là ou ne pousse que des pins habituellement. Très jeune, il comprit quels insectes étaient importants pour ses cultures et quelles plantes pouvaient ou ne pouvaient pas être cultivées ensemble. Il développa une compréhension forte des cycles naturels. Et c’est cela qu’il expliquait aux visiteurs. Ceux-ci étaient fascinés et conscients du potentiel du jeune Sepp. A l’opposé, ses parents cultivateurs n'y voyaient là rien de particulier. Et c’est de là qu’est née la volonté de réussir de Sepp. Prouver à ses parents que l’agriculture serait sa vie.


Je vous raconterais dans un autre billet, comment Sepp a réinventé la culture sur buttes et bien d’autre choses…

Publié dans Biomimétisme

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
<br /> Bonjour Olivier,<br /> <br /> <br /> Nous souhaiterions vous inviter à un événement dont le fil directeur sera le biomimétisme. Auriez-vous une adresse mail à nous communiquer afin que nous puissions vous envoyer plus d'informations<br /> sur le sujet.<br /> <br /> <br /> Je vous remercie.<br /> <br /> <br /> Moeata<br />
Répondre