Innovation architecturale et biomimétisme

Publié le par Olivier Allard

Suite de l'article Quand les projets d'architecture font faire Wouah !!!

 

Le projet Farmscrapers, dont les « tours » ressemblent à des empilements de galets, possède un design spectaculaire. La conception intègre logements, bureaux et espaces de loisirs, ainsi que des zones d'agriculture urbaine pour réduire les importations en provenance de la campagne. Les galets sont réalisés en acier enroulés autour d’anneaux horizontaux à deux étages, et reliés à une colonne vertébrale centrale. L’énergie est fournie, comme on peut s'y attendre, par des panneaux photovoltaïques et des cellules photo-thermiques, ainsi qu’une forêt d'éoliennes axiales.

 1681553-slide-asian-cairns-06.jpg

Sur le site du cabinet Callebaut on peut trouver cette description ambitieuse du concept:

« Le plan directeur est conçu sous la forme de trois spirales entrelacées qui représentent les trois éléments qui sont le feu, la terre et l'eau, toutes organisées autour d'air au milieu. Chaque spirale s'enroule autour de deux tours mégalithiques et forme les écosystèmes urbains implantant de la biodiversité au cœur de la ville sous la forme de vastes vergers et champs publics d'agriculture urbaine. D’immenses bassins de viticulture et des lagunes de phyto-épuration recyclent les eaux usées rejetées par les fermes verticales. »


1681553-slide-asian-cairns-23.jpg« Selon Li Jianmin, un expert en démographie de l'Université de Tianjin, la population chinoise sera urbaine à 75% en 2030 ! Face à cet exode rural massif et l'accélération effrénée de l'urbanisation, les futurs modèles de villes vertes, denses et connectées doivent être repensés ! Le défi est de créer une urbanisation fertile avec zéro émission de carbone et à énergie positive, cela signifie produire plus d'énergie que consommée, de manière à concilier le développement économique avec la protection de la planète. »

Inspirés par les principes de fonctionnement du vivant, Vincent et son cabinet d’architectes, ont conceptualisé le projet « Asian Cairns » pour répondre à cette problématique. Ils font évoluer leur discipline puisqu'ils proposent de changer la raison principale de l'architecture qui est depuis des temps immémoriaux protéger l'homme contre la nature, en intégrant désormais le désir de villes contemporaines enfin réconciliées avec les écosystèmes naturels ! Le concept de biomimétisme est la pierre angulaire qui maintient leur édifice théorique en équilibre.


Quelques principes du vivant qui ont inspirés les architectes :


La Nature ne fonctionne principalement qu'à l’énergie solaire.
Elle n’utilise que la quantité d’énergie dont elle a besoin.
Elle adapte la forme à la fonction.
Elle recycle tout.
Elle parie sur la biodiversité.
Elle limite les excès de l’intérieur.
Elle transforme les contraintes en opportunités.
Elle valorise l’expertise locale.


Bref le but du cabinet est de tendre vers la création de quartiers qui fonctionnent comme des écosystèmes naturels. Mais cette philosophie doit se traduire en projet de construction concret et dépasser le cadre prospectif et remporter des appels à projet. C’est le cas du projet « Coral Reef », peut-être moins spectaculaire, mais qui a le mérite d'être en passe d'obtenir un permis de construire. Inscrit dans le programme de reconstruction d'Haïti après le séisme destructeur, les bâtiments de ce projet seront construits dans la baie de Port-au-Prince.  Basé sur la standardisation d'un module préfabriqué, le projet ambitionne de construire 1000 maisons passives. Les modules en acier et parés de bois tropicaux seront superposés pour formé un duplex et recouverts de jardins suspendus. Chaque toiture de chaque module sera dés lors un jardin biologique suspendu permettant à chaque famille de cultiver ses propres denrées alimentaires et de composter ses propres déchets en toute autonomie.

Haiti-0.PNG

L'architecte nous dit : "Inspiré d’un récif corallien aux silhouettes fluides et organiques, le projet dans son ensemble se présente comme une grande structure vivante constituée de deux vagues destinées à abriter plus de mille familles haïtiennes. Entre les ondes de ces habitats écologiques, les tracés sinueux du socle antisismique (absorbant les vibrations en cas de tremblement de terre) viennent intégrer les fonctions publiques de la vie sociale. Des fermes aquicoles accueillent des bassins de pisciculture tandis que des lagunes de phyto-épuration recyclent les eaux usées avant de les rejeter à la mer."

 

Le projet devrait permettre à cette ville émergée d'être auto-suffisante en énergie. "En effet, l’énergie maréthermique est produite dans le tablier du ponton central en exploitant la différence de température entre les eaux superficielles et les eaux profondes; l’énergie marémotrice convertit en énergie électrique le courant des marées sous le ponton; les rubans sinusoïdaux en toiture captent l’énergie solaire par des panneaux photovoltaïques; et un parc d’éoliennes spiralées est planté dans le grand jardin tropical qui recouvre le socle logistique."

Haiti-3.pngGageons que ce beau projet d'inspiration biomimétique et humanitaire fera à nouveau de Port-au-Prince un lieu où il fait bon vivre.

Publié dans Biomimétisme

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article